Le capitulaire de Villis d'Alcuin et l'hortus d'Hildegarde

img
« Volumus quod in horto omnes herbas habeant,
id est lilium, rosas, fenigrecum, costum, salviam, rutam,
abrotanum, cucumeres, pepones…
»
Alcuin Capitulaire de Villis Chapitre LXX


Charlemagne, roi des Francs (747–814), fit établir sur les conseils d’Alcuin une liste de plantes utiles qui devaient être cultivées dans tous les domaines de son Empire. Le capitulaire "De Villis Vel Curtis imperialibus" (daté de 795) nous renseigne sur les connaissances botaniques de cette époque, à savoir 73 plantes et 16 arbres fruitiers.
Ecrite aux alentours de 795 pour Charlemagne,, cette ordonnance royale est constituée d'une liste d'une petite centaine de plantes médicinales, aromatiques, alimentaires ou/et utilitaires devant être cultivées dans les monastères. On y retrouve des épices et plantes toujours en usage de nos jours.

Les principales familles botaniques représentées sont : les Apiacées (12 dont Panais, Carotte, Persil, Anis, Cumin …), les Brassicacées (10 plantes dont Moutardes, Raifort, Choux), les Rosacées (10 plantes dont Pommes, Poires, Cerises, Prunes), les Astéracées (9 plantes dont: Estragon, Laitue, Souci ), les Lamiacées (8 plantes dont Menthes, Sauges), les Liliacées (8 plantes principalement du genre Allium(Ail, Oignon, Poireau), les Cucurbitacées (4 plantes dont Concombre, Melon), les Fabacées (4 plantes dont: Fenugrec, Fèves), et aussi Laurier, Mauve, Pavot, Noisettes, Figues.
A noter aussi, le Lis blanc, pour inscrire les Carolingiens dans la tradition de la royauté biblique.

HILDEGARDE DE BINGEN

Née 16 septembre 1098 à Bermersheim vor der Höhe près de Alzey (Hesse rhénane) et morte le 17 septembre 1179 à Rupertsberg (près de Bingen).
Religieuse bénédictine connue pour son oeuvre littéraire, mystique et musicales, elle s’intéresse aussi à la pharmacopée et à la botanique.
Parmi les différentes oeuvres littéraires composées en latin par Hildegarde dans la serie PHYSICA, il est intéressant de se pencher sur le livre des subtilités des créatures divines, où l'abbesse dévoile le savoir naturel médical et spirirtuel lié aux plantes.
Il n'existe aucune réédition contemporaine des oeuvres médicales d'Hildegarde de Bingen.

Hildegarde reprend en les affirmant et en créant une passerelle entre soin du corps et soin de l’âme les différentes assertions des médecins grecs et romains.

Les commentaires et prescriptions d'Hildegarde s'inspirent de l'ordre du monde de Galien. cette ordre du monde écartelé entre les quatre points cardinaux qui créé le liens entre les éléments, les saisons, les humeurs et les tempéraments.